Fin des contrats aidés : contre la précarité, exigeons de vrais emplois !

mercredi 11 octobre 2017
par  FSU 28
popularité : 59%

La suppression massive des contrats aidés par le gouvernement repose sur un constat que nous ne partageons pas :

• Non, ce n’est pas vrai que ces contrats ne remplissent par leur rôle d’insertion professionnelle.
Exemple : dans les vies scolaires des collèges ou lycées d’Eure-et-Loir, des personnes ont commencé par travailler en contrat aidé pour enchaîner ensuite avec contrats plus longs sur des postes d’Assistant d’Education ou de Vie Scolaire. Aujourd’hui, ces personnes passent ou ont passé les concours de la Fonction Publique. D’autres ont été "cdisées" dans l’Education Nationale. De même, dans les associations, ces contrats aidés ont permis de financer la formation et la préparation aux diplômes par exemple d’animateurs, de jeunes qui aujourd’hui sont titulaires de leur poste au sein de ces mêmes associations.

• Non, on ne peut pas les supprimer d’un trait de plume car les personnels en contrat aidé effectuent des missions indispensables au bon fonctionnement des services publics et des associations.
Exemple : dans les établissements pour personnes handicapées, la personne en contrat aidé permet de passer plus de temps aux repas, de se coucher plus tard et d’organiser quelques sorties. Dans les écoles, cette personne assiste le directeur ou la directrice dans ses tâches administratives. Dans les classes de maternelle, cette personne occupe un poste d’ATSEM et assiste l’enseignante dans l’accueil quotidien des enfants.

Ces emplois correspondent donc à des besoins réels tant du point de vue des personnes mises à l’écart du monde du travail que des services publics et des associations qui ont besoin de personnels. C’est pourquoi nous demandons :

• que ces emplois en contrats aidés soient transformés en emplois statutaires
• que les personnes actuellement en contrats aidés conservent ou retrouvent leur emploi et bénéficient d’une formation qualifiante dans la perspective d’un emploi statutaire.

Pour alerter le gouvernement et sa représentante dans le département, la FSU 28 :
• lance ce mercredi 11 octobre une pétition ( EN PJ) qui sera remise le samedi 18 novembre à la préfète
• invite toutes les organisations, associations, collectivités territoriales et tous les citoyens qui le souhaitent à signer et relayer cette pétition. Ils et elles sont tou-te-s invité-e-s à assister à notre prochaine réunion sur le suivi de cette action le mercredi 18 octobre à 17h30 au local FSU à Champhol (3, rue Louis-Blériot, 28300 CHAMPHOL).


Documents joints

PDF - 100.2 ko

Coordonnées

Sites Nationaux
FSU
SNUipp
SNES
SNEP
SNESUP
SNUEP
E-Mail
FSU28
SNUipp28
SNES28
SNUEP28
FSU CG28

Notre adresse :
3 rue Louis Blériot
28300 CHAMPHOL

TEL 02 37 21 23 96
FAX 02 37 21 39 89

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

DiLuMaMeJeVeSa
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois